Nous présentons ici le concept de Féodalisme tel que votre personnage le connaît. Bien des règles compliquées découlent de cette idée de base.

Le Féodalisme est la conviction que tout appartient au Roi, qui est le plus haut Seigneur de sa Terre. Tout découle du Roi, qui a réparti certains de ses droits et responsabilités entre des Seigneurs (d'autres nobles appartenant à d'autres rangs tels que Duc, Comte et Baron), lesquels à leur tour en donnent à leurs Chevaliers.

Tous les engagements sont personnels et dépendent de la relation entre le Seigneur et ses suivants. Ceux-ci jurent de suivre leur Seigneur et sont appelés Vassaux de ce Seigneur.

Le Seigneur s'assure la loyauté de ses Vaussaux en leur donnant des Terres, la denrée la plus précieuse et la plus durable du Royaume. Recevoir de l'or est une honneur légèrement douteux, car même un paysan peut être acheté avec de l'or. Mais un octroi de Terres est sacré.

Deux types de dons de Terres existent. Un don accordé pour la Vie au récipiendaire, mais retourne en possession du Seigneur à la mort du Vassal. Un Octroi est accordé pour la Vie à son récipiendaire et celui-ci peut le transmettre à ses héritiers.

Un Vassal n'est pas propriétaire de sa Terre, mais il a droit aux fruits qu'elle produits. Le Vassal reçoit ses Terres en retour de sa loyauté et de ses services. Tant qu'il rempli ses obligations, les fruits de sa Terre sont siens et ne peuvent pas lui être retirés en toute justice. Les obligations habituelles d’un chevalier sont de servir dans les campagnes militaires de Son Seigneur et de la conseiller sur des sujets importants.

Le Seigneur doit protection et nourriture à son Vassal. Le Vassal doit à son Seigneur loyauté, avis et service militaire. Un accord inégal mais réciproque lie donc le Seigneur et son Vassal.

Les devoirs ne peuvent être changés que si les deux parties sont d’accord. Ils ne sont changés en général que di l’une des deux personnes a fait quelque chose d’important pour l’autre. Si le Vassal a secouru le Roi sur le champ de bataille, le don de terre qu’il a reçu peut devenir un octroi définitif. Les raisons de retrait d’un don sont généralement la trahison, le manquement au devoir d’aide au Seigneur ou l’absence d’héritier à la mort du tenant. Les filles ne peuvent hériter de l’octroi de leur père que s’il n’y a pas d’héritier masculin.

Les rangs de vassalité commencent avec les Seigneurs proches du Roi que ce soit par l’amitié ou la fortune. Ces hommes à leur tour désignent leurs propres Vassaux. Les chevaliers (ainsi que les écuyers en tant que futurs chevaliers) forment la classe la plus basse de la noblesse. Ils peuvent tenir leur terre du Roi, d’un Comte, d’un plus petit Seigneur ou même d’un autre chevalier vassal.

Les ecclésiastiques octroient eux aussi des terres à des chevaliers en retour de leurs loyaux services. Les monastères deviennent fréquemment de puissants feudataires, ayant leurs propres chevaliers pour les protéger.

Hommage et Profession de Foi :

Tout noble sauf le Roi est le Vassal de quelqu’un. Tout vassal a prêté serment de loyauté envers son Seigneur, un rite composé de l’hommage et de la profession de foi, qui lie deux personnes d’un lien indéfectible :

L’hommage est un acte de soumission. C’est la première partie de la cérémonie. Il s’agit du serment personnel donné par un inférieur à son Seigneur. Le Vassal s’agenouille devant son Seigneur et lève les mains jointes vers celui-ci qui les prend dans les siennes. Le Vassal prononce alors un bref serment, promettant aide et conseil. L’aide est un soutien militaire, le conseil est le soutien au Seigneur dans ses affaires et le don d’avis.

Le Seigneur sort alors son arme et la pose successivement sur chaque épaule du Vassal tout en promettant sa guidance et un soutien sous la forme d’un bénéficum et de cadeaux. Le bénéficum est habituellement un octroi de Terres, un fief.

Après l’échange des promesses, le Vassal se lève et les deux hommes s’embrassent pour sceller leur serment. Ceci met fin à l’hommage.

La profession de foi est un serment de fidélité. Il s’agit d’un serment solennel. La clause la plus commune de ce serment comprend la promesse de ne jamais attaquer le Seigneur. A la différence de l’hommage qui ne peut être rendu qu’une seule fois, la profession de foi est parfois réitérée pour rappeler sa place à quelqu’un ou lorsque le Seigneur le juge nécessaire. Après avoir prêté ses deux serments, le Vassal est l’homme d’un autre homme.

Des loyautés multiples sont possibles. Le sujet est assez confus mais la tradition la plus répandue pour régler le problème des hommages multiples est la pratique de l’hommage lige. C'est-à-dire que parmi tous les suzerains d’un noble, l’un est choisi comme Seigneur lige et dispose en priorité de la loyauté du Vassal en cas de conflit.

Un Chevalier n’obéit qu’à un seul Seigneur. Cependant, s’il acquiert des Terres dans une autre région, il devra choisir un Seigneur lige en fin de compte.


Imprimer